QUELQUES PORTRAITS DE SOLDATS

 

Le soldat Jean-Louis ROULY en 1917. Né le 08.09.1893 à Burgnac (87).

Bon pour le service fin 1913, il part avec la 4e Cie du 138ème en août 1914. Blessé par un plomb de shrapnell à l'épaule le 26 avril 1915 dans une tranchée de première ligne à Fey-en-Haye il revient au front comme téléphoniste, le 9 novembre 1915, et termine la guerre avec la croix de guerre.

Il décède le 14.08.1964 à Limoges

Voir citation.

Le soldat François COUCAUD en 1917 avec sa femme. Né le 21.03.1890 à Bénévent-l'Abbaye (23).

Soldat à la 9e Cie , le 24 Septembre 1914 à 10 h du matin lors de l'attaque du FORT DE LA POMPELLE, a eu l'épaule droite fracturée par une balle de fusil, rentré à l'Hôpital de SENS le 28 Septembre 1914 il en sort le 19 Septembre 1915 : Fracture compliquée de L'Humérus par balle. Réformé définitivement N° 1 à Tarbes avec gratification le 1er Février 1915

il décéde le 23.07.1932 .

Voir citation.

Le soldat François RIVAUD est né le 28.06.1882 à Saulgond (16). 2ème classe, Prix de tir.

Soldat à la 6ème Cie, le 28 avril 1916, alors qu'il est en première ligne, il est blessé par un éclat d'obus. Il a du subir l'énucléation de l'oeil droit et a été réformé.

Voir Médaille Militaire.

(photographie vers 1902-1903?)

 Le Sergent AUTIER vers 1880. Habitant Magnac-Laval il est détaché à la caserne de Bellac. Il commence la guerre comme adjudant.

Le soldat Gabriel DELAGE est né le 02.06.1878 à Montrol Sénard (87). Il effectue son service au 138ème et est tué le 29.07.1918 à la Fère en Tardenois (02) alors qu'il est soldat au 338ème.

Le soldat Emile COUDERCHON est né le 06.05.1898 à Guèret (23). Soldat de la classe 1918 il arrive au 138ème le 18.04.1917. Il passe 1ère classe le 11.09.1917. Il est muté au 72ème le 08.09.1919.

 

Le soldat Etienne DAUBROCHE est né le 22.10.1884 à Magnac-Laval (87). Il disparait le 24.09.1914 au fort de la Pompelle (51) alors qu'il est soldat au 138ème.

(Photo de 1913 alors qu'il est avec le 78ème.)

Le soldat Joseph DESBORDES est né le 11.04.1892 à Nouic (87). Il effectue son service au 138ème et est tué le 14.07.1915 à la Harazée (51) alors qu'il est caporal au 151ème.

Le soldat François GRAND est né le 16.09.1881 à Cieux (87). Il effectue son service au 138ème et est tué le 24.09.1914 au fort de la Pompelle (51).

Le soldat François LAJARRIGE est né le 19.02.1885 à Bellac (87). Il effectue son service au 138ème et est tué le 28.08.1914 à Rocquigny le Transloy(62) alors qu'il est soldat au 338ème. Il repose à la grande tombe du Transloy.

Le soldat Louis PEYRAUD est né le 06.07.1883 à Oradour Saint Genest (87). Il effectue son service au 138ème. Père de 2 enfants il se noie vraisemblablement lors de la traversée du canal de l'Aisne à la Marne sur un pont de fortune le 23.09.1914 lors de l'attaque du fort de la Pompelle (51). Sans doute inhumé à l'ossuaire du fort de la Pompelle.

.

Les frères MONTAZEAUD.

(Photo prise à Saint Hilaire de grand (51)janvier 1915).

Marcel (à gauche), né le 14.01.1887 à St Ouen sur Gartempe (87), est sergent major au 138ème quand il est tué le 28.01.1915 à Saint Hilaire le Grand.

Victor (à droite) est sergent au 138ème. Il survivra à la guerre.

Le soldat Jean Alexandre COLLET est né à Dompierre-les-Eglises (87) le 30.12.1896. Soldat de la classe 1916 il semble qu'il reste à Magnac-Laval pendant la guerre pour garder des prisonniers.

Le soldat Georges LAFON est né le 04.07.1888 à Saint-Laurent-sur-Manoire (24), fait son service au 138ème. Décède le 29.09.1913 à Périgueux.

Le soldat Louis FOURLON mort de blessures Epernay 16.10.1914 à 33 ans. il laisse une femme et un fils.

Le soldat Marcel MUNIER né le 29 juin 1892 à Sainte Feyre (Creuse) 2e classe à la 2e Compagnie. Tué le 04 septembre 1914 à Somme-Py (Marne). Il avait 22 ans.

Le soldat Antoine BARDET, né à Nantiat (87) le 27 septembre 1883, 9e compagnie. Il est blessé et disparait le 26 octobre 1915 à Roclincourt (Pas de Calais). On demande de ses nouvelles dans le n°80 de "Sur le vif".

Le soldat Gabriel COYTEUX, né le 5 novembre 1891 en Charente, 6e compagnie. Il est blessé et disparait le 2 septembre 1914 à Somme-Py (Marne). On demande de ses nouvelles dans le n°27 de "Sur le vif".

Le soldat François ROUSSELLE, né à Limoges (87) le 3 octobre 1891, 10e compagnie. Il est porté disparu le 18 aoùt 1914 à Sompuis (Marne). On demande de ses nouvelles dans le n°31 de "Sur le vif".

Le soldat Jean MINARET né le 14 octobre 1884 au Dorat (87). Tué au fort de la Pompelle 24 septembre 1914.

Le soldat Jean RAYNAUD né le 31 octobre 1882 à Pressignac (Charente) 2e classe à la 3e Compagnie. Il serait mort sous un bombardement le 11 avril 1916 à 21h00 à la Ferme de la Folie près de Bras (Meuse). Seul son bras fut retrouvé avec au poignet la plaque d'identification. Domestique, il était marié et père de deux enfants, Félicien, né en 1913 et Yvonne, née en 1915.

Il reçu la croix de guerre et la médaille militaire.

Le soldat BARATEAU Jean 26e Cie (?) matr 4628 presume disparu le 23 aout 14. On demande de ses nouvelles dans le n°14 de "Sur le vif"

Paul Julien LAFAYE est né le 16 février 1880 à Saint-Etienne-de Fursac(Creuse).Il fait un court passage au 138ème comme Vétérinaire militaire. Il obtient 2 citations dans l'artillerie en 1916 et 1918 dans ce même poste.

Il entre dans la Résistance dés 1940 et mourra en déportation le 15 mai 1944.

Voir le site qui lui est consacré.

L'adjudant BURNERY Louis Léopold né le 13 septembre 1883 à Paris. Tué a Rocquigny le 28 aout 14 avec la 23e Cie du 338ème. On demande de ses nouvelles dans le n°2 de "Sur le vif". Photo prise alors qu'il est sous-officier au 138ème.

Le Soldat BENOT Antoine de la 23e Cie 338eme matr 761 tué le 28 aout 14 Rocquigny. On demande de ses nouvelles dans le n° 18 de "Sur le vif". Photo prise lors de son service au 138ème.

Le soldat de 1ere classe Jean MONTOUX est né le 12 septembre 1880 à NIEUIL (Charente), il s'y marie le 30 avril 1906 et effectue la guerre au sein du 138ème. Sans doute prisonnier(memoire orale) il à néanmoins survecu et est decédé après 1945

Soldat Jean MURAT originaire de Lissac sur Couze (Corrèze). Prix de tir. Photo prise lors de son service au 138ème.

Le caporal René CLAVEAU 22e Cie du 338eme disp 28 aout 14 Rocquigny sans doute prisonnier. On demande de ses nouvelles dans le n° 26 de "Sur le vif"

Le soldat François FRICARD. Né en 1884 il fait son service au 138ème. Marié en 1913 avec Marguerite il est mobilisé en 1914 à à la 2e Cie du 138eme et combat jusqu'au 28 octobre 1918: il est fauché par les mitrailleuses lors du passage du Piave en Italie, une balle lui traverse le genou, et reste deux jours sur la berge dans son uniforme mouillé perdant son sang. Il remarchera. Son fils unique lui donnera 7 petits fils et 3 petites filles. Il meurt en 1970. Il reçoit la croix de guerre avec une citation à l'ordre du régiment en 1917 et la médaille militaire en 1931. Photo prise lors de son service au 138ème.

Le soldat Léon Firmin BORDESSOULE de la 32e Cie 338eme tué 7 sept 14 Moulin sous touvent . On demande de ses nouvelles dans le n° 21 de "Sur le vif". Photo prise lors de son service au 138ème.

Le sergent Gustave Jean Tallon né le 26.01.1879 à Saint-Amant-de-Nouère (16) a été tué dans l'accident d'un train de permissionnaires à Saint Michel de Maurienne (73) le 12.12.1917.

Le soldat Jean-François MAILLARD de la 5e Cie du 138ème tué à l'ennemi le 19 (J.M.O) ou 20 avril 1917 (acte de décès) dans la tranchée Moriccio en avant de Souain.Né le jour de noël 1882 à Bessines sur Gartempe (Haute Vienne) , il était marié depuis février 1913.

Voir citation

Le soldat Alfred LASNIER né à l'Isle Jourdain (86) le 24 novembre 1884.
Marié en 1911 il n'a eut qu'un seul enfant : Simone. Il était entrepreneur.

Il a été tué le 3 septembre 1914 dans le combat de Somme-Py. Sa veuve a cherché désespérément sa tombe et a refusé de refaire sa vie.

Le tambour François LAVAUZELLE, né à Saint Maurice des Lions (16) le 8 aoùt 1888, effectue son service au 138ème et sans doute combat au sein de ce régiment pendant la guerre. Il obtient une citation à l'ordre du régiment. Marié et père de 4 filles il décèdera à Angoulême (16) le 1er janvier1969.

Le soldat Marcellin ROUGIER, né le 3 août 1893 à Rochechouart (87), effectue son service au 138ème dés la fin de 1913. Il est blessé au Labyrinthe le 26 octobre 1915 puis gazé le 22 juin 1916 à Verdun, il reçoit alors les derniers sacrements, il conduisait une carriole avec deux chevaux (Pour la soupe) Les deux chevaux sont morts et lui a survécu..
Il est démobilisé en 1919.
Il a reçu la croix de guerre à l’ordre du régiment en 1917 puis la médaille militaire en 1934.

Après la guerre il travaille comme viticulteur à
Segonzac en Charente. Il est décédé le 7 novembre 1972 à Cognac.

Photo prise lors de son mariage en 1920.

Le soldat Pierre ROUGIER, frère de Marcellin, est né le 24 mars 1891 à Rochechouart (87), soldat lui aussi au 138ème est mort de ses blessures le 19 septembre 1914 dans l'ambulance où il était soigné.

inconnu vers 1900

inconnu vers 1910

inconnu vers 1915

138ème R.I ou 138ème R.I.T?

inconnu Limoges fin de guerre

Un grand-oncle de Monsieur FILLEUX

Qui est ce soldat? Photo prise sans doute en 1918

inconnu vers 1915

Jeune inconnu vers 1914

Sergent inconnu vers 1900

Officier inconnu vers 1900

Lieutenant inconnu vers 1890/1900

Le soldat Géraud BOUYSSOU est né le 18 octobre 1881 à Lacanéda (24), il effectue son service militaire au 138ème. Il a été tué le 27 septembre 1914 au Mesnil les Hurlus alors qu'il appartenait au 9eme RI. Agriculteur de son métier il laisse une femme et deux enfants. Décoré de la croix de guerre à titre posthume. Le Certificat d'Etudes Primaires

Le tambour Jean DECOUX, né à Nouics (87) le 29 octobre 1891, effectue son service au 138ème comme tambour . Il décède de ses blessures le 3 octobre 1914 à Puisieux (Combat du fort de la Pompelle (Marne). Décoré à titre postume de la médaille militaire en 1920 avec la croix de guerre à l'ordre du régiment.
Le soldat Pierre MARTIN est né le 6 août 1880 à La Ribière commune de St Laurent-sur-Gorre (87), il effectue son service militaire au 138ème. Il participe à la bataille de la Somme. Il est décédé dans sa 90ème année le 9 novembre 1969.
Alfred,Eugène, Ernest DUCOURET est né au village de Beauregard, commune de Bazelat (Creuse) le 26 juin 1883 ; Il est le fils de Sébastien Ducouret et de Marie Réjaud. Il se marie le 9 mars 1909 à Bazelat avec Berthe Jeanmot ; de cette union naîtra en aout 1910 une fille, Léa. Comme beaucoup d'hommes de la région, il partira à Paris, comme maçon, plus spécialisé dans le stuc. A la déclaration de guerre, il rejoint le 138 ème RI à Magnac Laval. Il est porté disparu le 24 septembre 1914 au Fort de la Pompelle. De lui, il ne restera que son portefeuille troué d'une balle, une photo et son nom sur le monument aux morts de Bazelat Son frère Auguste, Eugène, Armand est né à Bazelat le 9 mai 1880, il était lui aussi au 138 ème RI .

Antoine MALHEOT est né à Alleyrat (Corrèze) le 23 février 1891, fils de Léger Malhéot et Jeanne Monteltagot. Il était scieur de long dans le civil. Agent de liaison, cycliste, 1 ère classe; il est tué vers 15h00 le 21 août 1914 au combat de Pin-Izel en Belgique (Voir sa citation).

Sa dépouille, bien que demandée à l'autorité militaire, n'a pas été rendu à ses parents, sous prétexte d'inversion possible de deux cercueils. Des recherches à la mairie d'Izel, sur la sépulture d'Antoine ont été faites en 2008, sans résultat.

Le soldat Louis CHAMBAUD est né le 11 février 1889 à Saint-Claud, en Charente, d'Antoine CHAMBAUD et Justine PETIT ; cadet d'une famille de cultivateurs de cinq enfants, il se marie le 10 juillet 1920, avec Victoria TRILLAUD, née le 23 août 1897 à St-Laurent-de-Céris, 16 - D'abord, cultivateur, il sera employé après son mariage, en tant que jardinier et valet de chambre dans des pensions de familles et des maisons de négoce de cognac - Du 3 août 1914 au 2 août 1919, il participe aux campagnes contre l'Allemagne (138 e RI / 2 e Cie) ; il sera à nouveau mobilisé le 2 août 1939, au titre de la défense passive à la poudrerie de la Couronne, à Angoulême - Il est décédé le 12 décembre 1953 à Gensac, en Gironde.
Le soldat Antoine CHAINE est né au Lindois (Charente) en 1884. Après un tour de France dans le cadre de son apprentissage du métier de maréchal ferrant, il effectue son service militaire au sein du 11e Régiment de Dragons. Il se marie en 1912 et s'installe à Saint-Gervais (Charente) d'où il part rejoindre le 138e RI au début du conflit. Régiment qu'il ne quittera plus jusqu'en mars 1919 où il se retirera à Saint-Gervais où l'attendent sa femme et son fils né en 1913. Blessé deux fois et cité à l'ordre du régiment.
Désiré Auguste Joseph Leclercq est né le 8 août 1896 à Oignies (62) etdécédé le 2 septembre 1962 à Hénin-Liétard (62). Il est ouvrier mineur en 1914.

Incorporé le 10 avril 1915 au 162e RI, il combat en Argonne et en Champagne . Puis il passe au 165e RI en septembre de la même année, qui intervient dans le secteur sud de Verdun. En décembre 1915, il intègre le 9e RI qui se bat en Artois puis à Verdun. Il est incorporé le 18 juin 1916 au 138ème avec qui il terminera la guerre.

Rentré chez lui, Désiré Leclercq retrouve son travail de mineur. Il s'impliquera dans l'action syndicale et politique et deviendra une figure locale de sa ville, Hénin-Liétard. Durant le conflit 39-45, il s'engage dans le mouvement FTPF (Francs Tireurs et Partisans Français) et, considéré comme "terroriste", devra fuir pour échapper à la Gestapo et à la police française. Marié le 15 novembre 1919 avec Léontine Dulieu, il aura trois enfants : André, Roger et Gisèle.

Le soldat Camille Guillaume LAYRIS, cultivateur, est né le 19/06/1890 à Mesterieux en Gironde (33). Il effectue son service militaire au sein du 138ème comme tambour et est mobilisé avec le 138ème en août 1914. Caporal en novembre 1915 puis sergent en mars 1917, il est capturé par les allemands le 11 mai 1917 lors d'un coup de main près de Souain (Marne).

Il est libéré le 17 novembre 1918 et s'installera avec sa femme près de Clermont-Ferrand où il décède le 22/10/1978. Il avait perdu son frère Raoul, tué au Bois-Le-prêtre le 21/11/1916 à 25 ans.

Le soldat François TOURNOIS est né le 20/10/1882 à Mortemart (Haute-Vienne). Il est tué le 20 février 1916 vers 20h00 à Roclincourt (Pas-de-Calais) sans doute par une torpille allemande lancée sur les tranchées très boueuses où il participait à des travaux par une nuit pluvieuse.

Il laisse une veuve et deux enfants: Marguerite et Auguste.

Le soldat Henri PRÉVÉRAUD est né le 09/01/1891 à Bussière-Boffy (Haute-Vienne). Agriculteur, il est mobilisé au sein du 138ème d'infanterie le 5 août 1914. Il est blessé une première fois le 31 août 1914 par éclat d'obus et à nouveau par éclat d'obus le 13 mars 1915. Cette dernière blessure l'éloigne définitivement du front.

Le soldat Henri FOUGEYROLLAS est né le 30/03/1888 à Genis (Dordogne). Il est cultivateur à Cherveix-Cubas. Il effectue son service au sein du 138ème et le retrouve au début de la guerre. Il est muté au 308ème en 1916 puis au 295ème en 1918 et il termine la guerre comme soldat du 403ème. Légèrement intoxiqué par les gaz il obtiendra une pension. Il reçoit la croix de guerre à l'ordre un régiment le 30 décembre 1918.

En 1920 il épouse Lucie. Connu sous le nom de "le mérillier", "le sonneur de cloche" ou "le sacristain" il décède en 1969.

L'aspirant René Girard est né le 18/04/1882 à Saint Palais du Né (Charente) de parents instituteurs. Il est rédacteur au ministère de la Marine.

Après une instruction au sein du 107ème R.I, fin 1914 début 1915, il est affecté comme aspirant dans le 138ème R.I. Passé au 338ème courant 1915 il est promu sous-lieutenant en mai 1916. Il est tué au Pressoire (Somme) le 16 novembre 1916.

Il reçoit à titre postume la citation à l'ordre de la brigade suivante: "Tombé glorieusement le 16 novembre 1916, alors que par sa situation dans la vie civile, il aurait pu se faire affecter à un emploi moins exposé que celui de chef de section."

En 1911 il avait épousé Marthe dont il semble ne pas avoir eu d'enfant.

Le soldat Jean-Marius JAMMETest né en 1892 à Dontreix (Creuse). Il est maçon.

Il effectue son service au sein du 138ème et part avec lui pour la frontière. Il est gravement blessé par une balle au poumon devant Souain (Marne) le 3 septembre 1914. Cette blessure le fera verser dans le service auxiliaire et il ne retournera pas au front.

Marié à la fin de la guerre il a 4 enfants: Marceline, Félicienne, Jeannine et Jean-Alphonse.

il décède le 28 juillet 1958.

Le caporal Emile Chazette est né le 27/06/1881 à Grand Bourg (Creuse). Il est agriculteur lors de son service au sein du 78ème d'infantrie en 1902 qu'il fini avec le grade le caporal.

Mobilisé le 3 août 1914 il est tué à Saint Léonard le 26 septembre 1914 laissant une petite fille et sa femme de 23 ans enceinte.

   

 

Retour vers l'accueil